Principal

L'ischémie

Signes d'arythmie sur l'ECG: décodage de films

L'arythmie est une affection dans laquelle la force et la fréquence cardiaque changent, leur rythme ou leur séquence changent. Elle survient à la suite de violations du système de conduction cardiaque, de la détérioration de l'excitabilité ou des fonctions d'automatisme. Ce n'est pas un rythme sinusal. Certains épisodes ne présentent aucun symptôme, tandis que d'autres présentent une clinique prononcée et ont des conséquences dangereuses. À cet égard, en cas d'arythmie, une approche différente est requise dans le traitement de chaque cas particulier.

Signes d'anomalies du rythme cardiaque sur l'ECG

Dans les arythmies, le rythme et la fréquence du rythme cardiaque changent et deviennent plus ou moins normaux. Les contractions irrégulières régulières et les perturbations dans la conduction des impulsions électriques le long du système conducteur du myocarde sont enregistrées. Peut-être une combinaison de plus de deux signes. La localisation du stimulateur peut migrer, ce qui en fait un non-sinus.

L’un des critères de l’arythmie est la fréquence des contractions et sa forme, constante ou paroxystique. Pensez également au département dans lequel il y a violation. Le rythme cardiaque pathologique est divisé en auriculaire et ventriculaire.

L'arythmie sinusale en violation de l'impulsion intracardiaque dans le foyer du nœud sinusal se manifeste par une tachycardie ou une bradycardie:

  1. La tachycardie se caractérise par une augmentation de la fréquence des contractions allant jusqu'à 90-100 par minute, tandis que le rythme est maintenu correct. Il se produit avec un automatisme accru dans le nœud sinusal (SU), dans le contexte de la pathologie endocrinienne, cardiaque et psychosomatique combinée. Cela arrive respiratoire, disparaissant à l'inspiration. La tachycardie sur le cardiogramme - les dents P précèdent chaque complexe ventriculaire, les intervalles égaux de R - R sont préservés, la fréquence des contractions augmente à partir du nombre de normes d'âge d'un adulte ou d'un enfant (plus de 80-100 par minute). On dirait une arythmie sur l'ECG:
  2. La bradycardie se caractérise par une réduction de la fréquence des coups inférieure à 60 coups par minute tout en maintenant le rythme. Se produit avec une diminution de l'automatisme dans le SU, les facteurs déclenchés sont les maladies neuroendocriniennes, les agents infectieux:
    • sur l’ECG, le rythme sinusal avec le P mémorisé égal aux intervalles R - R, tandis que la fréquence cardiaque diminue à moins de 60 battements par minute ou le nombre de normes d’âge.
  3. L'arythmie sinusale se produit lorsque la transmission des impulsions est altérée, ce qui se manifeste par un rythme anormal, plus fréquent ou plus rare. Cela se produit spontanément sous forme de paroxysme. Avec un affaiblissement de la focalisation des oreillettes de l'oreillette développe le syndrome de sinus malade:
    • Une perturbation du rythme sur l'ECG se manifeste par un rythme sinusal anormal avec une différence entre les intervalles R - R non supérieure à 10-15%. La fréquence cardiaque diminue ou augmente sur le cardiogramme.
  4. Extrasystole parle de foyers d’excitation supplémentaires, dans lesquels les contractions cardiaques sont enregistrées hors tour. Selon l'emplacement de l'excitation, attribuez le type auriculaire des extrasystoles arythmiques, auriculo-ventriculaires ou ventriculaires. Chaque type de dysfonctionnement - avec des caractéristiques sur l’électrocardiogramme.
  5. Des extrasystoles supraventriculaires auriculaires apparaissent avec un P déformé ou négatif, avec un PQ intact, avec un intervalle R - R altéré et des zones de frottement.
  6. Des extrasystoles antoventriculaires sur un électrocardiogramme se révèlent sous la forme d'un manque de dents P au détriment de leur imposant QRS ventriculaire à chaque réduction extraordinaire. Une pause compensatoire se produit sous la forme d'un intervalle entre l'onde R du complexe des extrasystoles précédentes et la suivante, qui ressemble à un ECG:
  7. Les ventriculaires sont définis en l’absence de P et l’intervalle PQ subséquent, la présence de complexes QRST modifiés.
  8. Les blocages se produisent lorsque le passage des impulsions à travers le système cardiaque conducteur est ralenti. Le blocage AV est enregistré en cas de défaillance au niveau du nœud auriculo-ventriculaire ou d'une partie de la tige de déclenchement de Hispus. En fonction du degré de perturbation de la conduction, on distingue quatre types d’arythmie:
    • la première se caractérise par un ralentissement de la conductivité, cependant, les complexes ne tombent pas et conservent une PQ> 0,2 seconde;
    • le second - Mobitz 1 se manifeste par une conduction lente avec un allongement et un raccourcissement graduels de l'intervalle PQ, une perte de 1-2 contractions ventriculaires;
    • le deuxième type de Mobitz 2 est caractérisé par la réalisation d'une impulsion et la perte de chaque deuxième ou troisième complexe QRS ventriculaire;
    • le troisième - blocage complet - se développe lorsque les impulsions ne passent pas des sections supérieures aux ventricules, ce qui se manifeste par un rythme sinusal avec une fréquence cardiaque normale de 60-80 et un nombre réduit de contractions auriculaires d'environ 40 battements par minute. Les dents séparées P et la manifestation de la dissociation des stimulateurs cardiaques sont visibles.
    Cela ressemble à une arythmie sur le cardiogramme:
  9. Les plus dangereuses sont les arythmies mixtes, qui surviennent avec l’activité de plusieurs foyers d’activation pathologiques et le développement de contractions chaotiques, avec une perte de fonctionnement coordonné des régions supérieures et inférieures du cœur. La panne nécessite des soins d'urgence. Allouer flutter, fibrillation auriculaire ou ventricules. Les données ECG pour les arythmies sont présentées sur la photo avec le décodage ci-dessous:
    • en cas de fibrillation auriculaire, des arythmies se manifestent à l'ECG avec des ondes fréquentes de f de formes et de tailles variées en l'absence d'une onde P. Dans le contexte de la FC à grande vague, elles atteignent 300 à 450 par minute, avec une petite onde, plus de 450 battements;
    • avec la fibrillation ventriculaire, les contractions fréquentes sur le cardiogramme sont enregistrées comme l'absence de complexes habituellement différenciés et apparentés. Au lieu de cela, des ondes d'une forme chaotique de plus de 300 battements par minute sont détectées. Présenté sur l'ECG ci-dessous:
  10. L'arythmie sous forme de flutter se manifeste par des modifications caractéristiques du cardiogramme:
    • avec un battement auriculaire sur un électrocardiogramme, le rythme n'est pas sinusal avec des dents en dents de scie au lieu de P, avec une fréquence supérieure à 300 par minute et des ondes F entre les complexes ventriculaires. Contrairement à la fibrillation auriculaire, les contractions rythmiques auriculaires avec QRS préservé sont un signe d'arythmie sur l'ECG;
    • avec le flutter ventriculaire, les contractions fréquentes et régulières (plus de 150 à 200 par minute) sont déterminées sur le cardiogramme. Ondes hautes et larges sans les ondes P et QRS habituelles, mais presque égales en amplitude et en forme. La continuité de la ligne ondulée se produit lorsqu’on passe d’une vague à l’autre, ce qui se manifeste sur l’ECG sous la forme de:

Conclusions

Les troubles du rythme cardiaque diffèrent selon la cause de leur apparition, le type de pathologie cardiaque et les symptômes cliniques. Pour détecter une arythmie, utilisez un électrocardiogramme, qui est examiné et décodé pour déterminer le type de violation et la conclusion. Après cela, le médecin prescrit des tests et une thérapie pour prévenir les complications et préserver la qualité de la vie.

Comment l'arythmie est-elle montrée sur un ECG?

L'arythmie est une pathologie dans laquelle une perturbation du rythme cardiaque se produit avec une défaillance simultanée de la conduction, de la fréquence et de la régularité des battements de l'organe, ce qui est clairement visible sur l'ECG. Habituellement, la maladie n'est pas indépendante, mais est le symptôme d'une autre maladie. Certains troubles du corps peuvent affecter négativement le rythme cardiaque. Parfois, ces violations constituent un grave danger pour la santé et la vie des personnes, parfois elles sont mineures et ne nécessitent pas l'intervention de médecins. Une arythmie sur l'ECG est détectée rapidement, il vous suffit de subir un examen en temps opportun.

Caractéristiques

Les signes de la maladie peuvent effrayer beaucoup le patient, même si ce type de pathologie n’est pas dangereux. Il semble souvent à une personne que le rythme de son cœur est sérieusement perturbé ou que l'organe s'est complètement arrêté. Surtout souvent cette condition se produit lorsque l'arythmie. Il faut garder à l'esprit que même les types d'arythmie les plus anodins doivent être traités pour que le patient se sente normal et que les manifestations de la maladie ne l'empêchent pas de vivre pleinement.

Un rythme cardiaque avec une telle maladie peut non seulement être irrégulier, mais aussi augmenter en fréquence ou devenir moins fréquent que la normale, de sorte que la maladie est classée par les médecins.

  1. Le type d'arythmie sinusale est associé au processus respiratoire, le taux de contraction du corps augmente avec l'inhalation et diminue à l'expiration. Parfois, cette forme de la maladie apparaît indépendamment de la respiration, mais parle de blessures dans la sphère du système cardiovasculaire. L'adolescence, qui provoque souvent des arythmies, est caractérisée par le fait que les perturbations végétatives provoquent une maladie. Ce type de maladie n'est pas dangereux et ne nécessite pas de traitement.
  2. Tachycardie de type sinusale due à une augmentation de la fréquence cardiaque de plus de 90 battements par minute. Bien entendu, les facteurs physiologiques contribuant à une telle augmentation de l'activité d'un organe ne sont pas pris en compte. Avec une telle déviation de la fréquence cardiaque (fréquence cardiaque) augmente, mais pas plus de 160 battements par minute, si une personne ne ressent pas d’excitation ou d’autres phénomènes similaires.
  3. La bradycardie de type sinus est le rythme correct du corps, mais est ralentie, en dessous de 60 battements par minute. Une telle violation est associée à une diminution de la fonction automatique du nœud sinusal, qui apparaît sur le fond de l'activité physique chez les personnes professionnellement impliquées dans le sport. Des facteurs pathologiques sont également à l’origine du développement de cette forme d’arythmie. Certains médicaments peuvent réduire la vitesse du rythme cardiaque.
  4. L’extrasystole est l’état de l’organe dans lequel l’excitation se produit prématurément et où l’une des sections du cœur est réduite ou tout à la fois. Cette forme de la maladie est divisée en plusieurs variétés, en fonction du lieu de la violation, dans laquelle une impulsion est formée, entraînant une déviation. Il y a une vue ventriculaire, auriculaire, anti-ventriculaire.
  5. Le type de tachycardie paroxystique est semblable à l’extrasystole, qui commence à apparaître soudainement et s’arrête également de manière abrupte. La fréquence cardiaque dans un état similaire peut être supérieure à 240 battements par minute.
  6. Une atteinte de la conductivité ou un blocage est une déviation que l’électrocardiogramme révèle bien. Cette forme de la maladie peut survenir pour de nombreuses raisons et ne peut être éliminée qu'après le traitement de la maladie principale. Les blocages sont un cas urgent nécessitant une intervention médicale immédiate. Certains types de telles violations ne peuvent pas être supprimés à l'aide de médicaments. Ce n'est qu'après l'installation d'un stimulateur cardiaque que le travail du cœur se stabilise.
  7. La fibrillation auriculaire ou la fibrillation ventriculaire sont les types les plus graves de la maladie. L'excitation et la contraction de l'organe ne se forment que dans les fibres individuelles de l'oreillette. Cette excitation aléatoire empêche les impulsions électriques de passer normalement dans la région du nœud antoventriculaire et des ventricules.


La perturbation du rythme sur l'ECG semble différente, mais on peut certainement dire que l'arythmie associée à cette méthode de diagnostic est immédiatement détectée. Lorsqu'il s'agit d'un enfant, cette méthode d'examen s'applique également. L'étude en temps opportun du travail du cœur vous permet de prescrire immédiatement un traitement. En cas d'apparition soudaine de cette maladie, vous devez contacter une ambulance, le paramédical établira un diagnostic ECG même à domicile, ce qui permettra de détecter le paroxysme à temps et de l'arrêter.

Raisons

Le mécanisme de développement et les causes des arythmies sont divisés en facteurs organiques, associés aux maladies du cœur, et fonctionnels, notamment les troubles iatrogènes, neurogènes, idiopathiques et électrolytiques des caractéristiques rythmiques de l'organe. Une arythmie sur un électrocardiogramme sera détectée quels que soient son type et ses facteurs provocants, mais pour établir la pathologie ayant conduit à cette insuffisance cardiaque, des méthodes de diagnostic supplémentaires sont nécessaires. Une interprétation détaillée des résultats de tous les examens aidera à identifier correctement la maladie qui perturbe le travail de l’organe principal.

  • l'hypertension;
  • insuffisance cardiaque;
  • dysfonctionnement de la conduction;
  • lésions d'organes ischémiques;
  • pathologies endocriniennes;
  • conséquences des opérations de chirurgie cardiaque effectuées antérieurement;
  • myocardite;
  • cardiomyopathie;
  • maladies des glandes surrénales;
  • processus tumoraux dans le cerveau;
  • blessures à la tête et au cerveau;
  • troubles hormonaux, en particulier pendant la ménopause;
  • tout type d'obésité;
  • déséquilibre du sodium, du potassium et du calcium dans les cellules du myocarde.

Avec l'apparition de la cardiosclérose, des tissus cicatriciels apparaissent, ce qui ne permet pas au myocarde de fonctionner normalement, ce qui contribue à l'apparition d'arythmies. Les médecins distinguent les causes physiologiques conduisant à un état similaire. Beaucoup de gens ne réalisent pas que les facteurs quotidiens avec lesquels ils surviennent tous les jours peuvent causer un trouble du rythme cardiaque. Dans ce cas, les signes d'arythmie au cours d'un examen à l'aide d'un électrocardiogramme peuvent ne pas apparaître, car il s'agissait d'une attaque unique qui ne peut plus se répéter.

  1. surcharge émotionnelle, excitation, peur;
  2. tabagisme;
  3. consommation d'alcool;
  4. prendre certains médicaments (Fluzamed et autres);
  5. stress physique ou émotionnel excessif;
  6. abus de caféine ou de boissons énergisantes;
  7. trop manger

Si l'attaque est déclenchée par l'une de ces raisons, alors elle n'est pas dangereuse et passera d'elle-même. Il est important de ne pas paniquer lorsque le cœur renforce son travail et d'essayer de se calmer - pour que l'état de santé redevienne normal.

Les symptômes

Les symptômes de l'arythmie peuvent être très variés, car ils dépendent de la fréquence des contractions de l'organe. Leur influence sur l'hémodynamique du système cardiovasculaire, du rein et de nombreuses autres parties du corps est importante. De telles formes de la maladie ne se manifestent pas et l’arythmie n’est détectée que lors du décodage de l’ECG.

  • des vertiges;
  • augmentation du rythme cardiaque, avec une sensation de décoloration des organes;
  • essoufflement ou suffocation, apparaissant au repos;
  • faiblesse
  • perturbation de la conscience;
  • évanouissement;
  • inconfort dans le sternum gauche.
  • développement de choc cardiogénique.

Lorsque le patient ressent des palpitations, il est plus susceptible d'indiquer des manifestations de tachycardie. Dans la bradycardie sinusale, les personnes ont plus souvent des vertiges, des troubles de la conscience et même des évanouissements. S'il y a une gêne dans la région thoracique et une altération du fonctionnement de l'organe, l'arythmie sinusale se déclare généralement de cette façon. Le type paroxystique de la maladie ressemble à une attaque survenue brutalement et s’accompagne d’une augmentation de la vitesse des contractions cardiaques de plus de 240 battements par minute.

Certains patients avec un diagnostic similaire se plaignent de nausées ou de vomissements qui surviennent au cours de moments de manifestations intenses de la maladie. D'autres personnes peuvent avoir des crises de panique et de la peur, se détériorer, leur activité corporelle est encore renforcée, provoquant l'apparition de conséquences graves.

Diagnostics

La première étape de l'examen des patients est l'examen d'un individu par un cardiologue ou un médecin généraliste. Les médecins déterminent le tableau clinique de la maladie, étudient tous les symptômes de la maladie et leur date d'apparition. L'étape suivante consiste à mesurer le pouls, la pression et d'autres indicateurs de santé du patient. Les mesures diagnostiques invasives, non invasives et de type instrumental que le médecin prescrit immédiatement après une conversation avec une personne.

  1. ECG;
  2. Surveillance ECG;
  3. Surveillance ECG quotidienne de Holter;
  4. Échocardiographie;
  5. échocardiographie de stress;
  6. Test d'inclinaison;
  7. CHEPHI (étude électrophysiologique transœsophagienne);
  8. Uzi coeurs.

Le cardiogramme est une méthode de diagnostic graphique informative au cours de laquelle vous pouvez analyser les troubles de l’activité myocardique. L'image à déchiffrer par un spécialiste montre également une sorte d'arythmie. Avant de commencer à étudier le cœur avec une méthode ECG, vous devez examiner toutes les informations concernant la préparation de la session. Si une personne ignore les recommandations à ce sujet, la description des résultats peut être incorrecte.

  • Un bon sommeil et un bon repos la veille de l'ECG aideront à déterminer de manière fiable la pathologie de l'organe.
  • La surcharge émotionnelle peut provoquer un trouble du rythme cardiaque. Par conséquent, ces situations doivent être éliminées la veille de l'intervention.
  • Le jour de l'étude, la consommation de nourriture ne doit pas dépasser la norme, car une surconsommation alimentaire aura un impact négatif sur les activités du corps.
  • Quelques heures avant la séance, vous devez réduire la quantité de liquide consommée.
  • Avant de commencer la procédure, vous devez ajuster le rythme respiratoire, détendre le corps et ne pas penser au mauvais.

Que le cardiographe ait tiré la bonne conclusion, il est nécessaire de suivre ces conseils. En arrivant à la salle d’examen ECG, le patient doit se déshabiller, libérant ainsi la poitrine et la région de la jambe. Le médecin appliquera un gel spécial sur les endroits auxquels les électrodes seront attachées, après avoir préalablement traité la peau de ces zones avec de l'alcool. La prochaine étape consiste à attacher les ventouses et les poignets. Ces dispositifs sont fixés sur certaines zones des bras, des jambes et de la poitrine. Seules dix de ces électrodes sont capables de suivre l'activité du cœur et d'afficher ces données dans un graphique photographique.


Le cœur est une sorte de générateur et les tissus du corps se distinguent par un degré élevé de conductivité des signaux électriques. Cette propriété permet d'étudier les impulsions de l'organe principal en appliquant les électrodes à certaines parties du corps. La nature des biopotentiels par cardiographe traite et produit des données sous la forme d'une image montrant la propagation des signaux excitateurs dans le tissu musculaire qui ressemble à une image graphique.

Que signifient les indicateurs ECG?

  1. P est un indicateur décrivant l’activité auriculaire. Pour les personnes en bonne santé, la norme de la valeur de P est de 0,1 s. Si des écarts sont constatés, cela peut indiquer une hypertrophie auriculaire.
  2. РQ - est la valeur temporelle de la conductivité auriculo-ventriculaire. Chez une personne en bonne santé, ce chiffre sera égal à 0,12-0,2 s.
  3. QT - normalement, cette valeur varie dans les 0,45 s, et un écart par rapport à ces indications peut indiquer une ischémie du principal organe, une hypoxie et des arythmies cardiaques.
  4. QRS - la norme est de 0,06-0,1 s et est un complexe ventriculaire.
  5. RR est un critère qui constitue l'écart entre les sections les plus élevées des ventricules, ce qui montre la régularité des contractions de l'organe et vous permet de compter avec précision la fréquence du rythme.

Une des arythmies les plus dangereuses, la fibrillation auriculaire, se reflète sur le cardiogramme en tant que violation de la conductivité ventriculaire, ce qui provoque un blocage auriculo-ventriculaire et un blocage du faisceau du ventricule de His. Lorsque la jambe droite est endommagée, il y a expansion et allongement de l'onde R, ce qui peut être observé lors de l'examen des dérivations thoraciques droites et lors du blocage de la jambe gauche, la position de l'onde R est jugée courte et S est perçu comme un indicateur étendu et profond. Seul un spécialiste peut déchiffrer correctement une telle étude du cœur et comprendre à quoi ressemble l'arythmie sur le cardiogramme. Indépendamment rendre les choses difficiles.

Des données plus précises d'une telle enquête peuvent montrer la méthode de surveillance de Holter. La méthode s'est révélée excellente et vous permet d'étudier le travail du cœur pendant 1 à 3 jours. L’essence d’un tel diagnostic réside dans l’étude électrocardiographique, mais ne doit pas durer plus de quelques minutes, mais plus de trois jours. Si l'ECG est effectué de la manière habituelle, l'arythmie peut ne pas apparaître dans les résultats du décodage, car la personne était calme. Lorsque le dispositif étudie l'activité d'un organe pendant de nombreuses heures, les déviations, si elles sont présentes, seront enregistrées sans faute.

Les médecins attachent au corps du patient des électrodes et des appareils spéciaux avec lesquels il vivra 3 jours. Cet appareil enregistre les performances du cœur et les transmet à l'ordinateur. Une fois la procédure de diagnostic terminée, le médecin analyse toutes les informations reçues et tire une conclusion sur l'état du patient. Ainsi, il est possible d'identifier tous les types d'arythmie et pas seulement de tels écarts.

L'aspect positif de cette méthode est qu'une personne vit sa journée habituelle avec un instrument attaché qui enregistre le moindre dysfonctionnement du cœur. Lorsque les personnes se trouvent simplement dans le bureau de l'hôpital, le résultat de l'ECG signifie que les données obtenues ne sont pas aussi fiables que possible. Dans ce cas, les conditions de l'étude sont trop bonnes et la personne ne subit aucun stress émotionnel ou physique. Dans d'autres situations, les patients ressentent la peur du personnel médical, cela affectera également les résultats de l'examen, ils seront inférieurs, provoqués par une agitation excessive du patient.

Méthodes de lutte

De nombreux médicaments sont utilisés pour traiter les arythmies. Certaines d'entre elles conviennent en cas de paroxysme et d'urgence, alors que d'autres sont nécessaires pour normaliser l'activité du cœur et sont utilisées pendant longtemps, en cours de formation. Il existe de nouveaux médicaments dont l’effet se traduit par plusieurs effets mécaniques sur le corps.

Quels médicaments sont prescrits aujourd'hui:

  1. Métonat. Le médicament, qui permet d’ajuster la fonction du cœur en saturant les cellules des organes avec de l’oxygène, améliorant la capacité du myocarde à se contracter. De plus, en prenant cet outil, les patients souffrant d'arythmie tolèrent plus facilement l'exercice, ce qui entraîne généralement une augmentation du travail corporel.
  2. Triplix. Médicaments nécessaires à la normalisation de la pression artérielle, ce qui provoque souvent une augmentation de la contraction cardiaque. Entre autres choses, ce médicament a de nombreux effets positifs sur le corps, en tant qu’inhibiteur de l’ACE et diurétique.
  3. La "quinidine" est un agent antiarythmique qui vous permet de restreindre la fréquence cardiaque au niveau normal.
  4. "Meksiletin" est nécessaire pour réduire le temps de repolarisation, ce qui est important pour restaurer le rythme du corps.
  5. Le vérapamil agit comme un bloqueur des canaux calciques.

En fait, le corps de chaque personne est différent et si un médicament aide un patient à faire face à la maladie, cela ne signifie pas qu'un tel médicament fonctionnera pour un autre patient. Le traitement est toujours prescrit en fonction de leur tableau clinique, des résultats du diagnostic et d'autres aspects de la maladie du patient. Si le traitement n’est pas efficace, le médecin vous prescrira un autre médicament pouvant vous aider.

L’arythmie est rarement une menace mortelle pour l’être humain, mais elle peut nuire gravement à la santé, par exemple le type auriculaire de la maladie. Les médecins peuvent stabiliser l'activité cardiaque, en utilisant des médicaments ou une intervention chirurgicale. Il est important de se soumettre au diagnostic ECG et à d'autres procédures d'examen à temps pour que le traitement puisse débuter à un stade précoce du développement de la pathologie. La médecine moderne a dans son arsenal de nombreuses façons qui non seulement réduisent la vitesse du corps, mais éliminent également les causes de l'apparition de la maladie.

Anomalies du rythme cardiaque existantes et affichage de leur ECG

L'arythmie cardiaque dans un langage médical s'appelle l'arythmie. La plupart des gens comprennent ce terme comme des abréviations erratiques, mais ce n’est pas tout à fait correct. En fait, l'arythmie est un rythme, une fréquence et une séquence de battements de cœur altérés.

La maladie est diagnostiquée à l’aide d’un électrocardiogramme, sur lequel le médecin voit un changement de longueur des segments ou de la taille des dents. Malheureusement, le problème des troubles du rythme cardiaque est l’un des principaux problèmes de la pratique cardiologique, car il est souvent difficile d’identifier les causes étiologiques de l’insuffisance cardiaque et des compétences approfondies en électrocardiogramme sont également nécessaires.

Toutes les arythmies sont associées à une violation des propriétés du muscle cardiaque - automatisme, excitabilité, conduction. Selon les propriétés du cœur touchées, les arythmies peuvent être divisées en trois groupes selon le mécanisme de leur survenue:

  • arythmie associée à une altération de la formation de signaux électriques (tachycardie / bradycardie sinusale, arythmie sinusale);
  • arythmie associée à une défaillance du système de conduction cardiaque;
  • formes combinées d'arythmies.

Causes communes de perturbation du rythme

Le nombre de facteurs à l'origine des manifestations de l'arythmie est grand, allant des troubles neuropsychiatriques aux dommages organiques graves au cœur. Il existe plusieurs groupes de facteurs étiologiques:

  • Maladies organiques ou fonctionnelles du système cardiovasculaire (infarctus du myocarde, cardiopathie ischémique, péricardite).
  • Facteurs extracardiaques - troubles de la régulation nerveuse, états de stress, troubles hormonaux.
  • Mauvaises habitudes - alcoolisme, tabagisme, toxicomanie.
  • Lésions traumatiques, hypothermie, ou vice versa, surchauffe, déficit en oxygène.
  • En prenant certains types de médicaments - les diurétiques, les glycosides cardiaques provoquent une arythmie en tant qu'effets secondaires.
  • Arythmies idiopathiques (indépendantes) - dans ce cas, il n’ya pas de changement cardiaque, l’arythmie agit comme une maladie indépendante.

Arythmies dues à une défaillance dans la formation d'une impulsion électrique

Arythmie sinusale

Le rythme cardiaque est caractérisé par une période de fréquence accrue et de contraction. La perturbation du rythme cardiaque est causée par une modification du tonus de n.vagus pendant l'inspiration et l'expiration, une altération de la formation des impulsions dans le nœud ou un syndrome de dysfonctionnement autonome.

Sur l’ECG, l’arythmie sinusale est enregistrée sous forme de fluctuations dans les intervalles entre les dents de R, avec un intervalle de plus de 0,15 seconde, le rythme devient irrégulier. Une thérapie spéciale n'est pas nécessaire.

Tachycardie sinusale

Un diagnostic de tachycardie sinusale est posé lorsque la fréquence cardiaque est supérieure à 90 battements par minute dans un état de relaxation (en dehors de l'activité physique). Le rythme sinusal en même temps est maintenu dans la forme correcte.

L'ECG est détecté comme une fréquence cardiaque accélérée. Les causes de cette affection sont divisées en extracardiaque (hypothyroïdie, anémie, fièvre) et intracardiaque (MI, insuffisance cardiaque). Le traitement vise la maladie sous-jacente à l'origine de cette affection.

Bradycardie sinusale

La bradycardie sinusale est caractérisée par un rythme sinusal correct, mais lent (moins de 65 battements par minute).

Sur l'ECG se caractérise par un ralentissement du rythme. La forme extracardiaque de la bradycardie sinusale est provoquée par un effet toxique sur le nœud sino-auriculaire ou par la prédominance du système parasympathique dans la régulation du rythme. Se produit avec une surdose de β-bloquants, glycosides cardiaques; hépatite virale, grippe; hypothyroïdie.

Extrasystole

Ce type de perturbation du rythme du rythme cardiaque est associé à des contractions extraordinaires de tout le muscle cardiaque ou d'un service provoqué par une impulsion électrique spontanée des oreillettes ou des ventricules. Ce type d'arythmie est une condition plutôt dangereuse, en particulier lorsqu'il s'agit d'un groupe, car il peut évoluer en fibrillation ventriculaire ou en tachycardie ventriculaire.

Sur l’ECG, un complexe prématuré ventriculaire ou auriculaire est enregistré avec conservation du rythme ultérieur normal. Si une extrasystole précoce est fixée, elle peut être superposée au sommet de la branche du complexe précédent, ce qui permet une déformation et une expansion de celle-ci. À la fin des temps, il y a toujours une pause compensatoire - le prochain cycle P-QRST est retardé.

Tachycardie paroxystique

Le tableau clinique s'apparente à une extrasystole, il commence aussi et se termine soudainement rapidement, la différence de rythme cardiaque atteignant 240 battements par minute sous la forme auriculaire et une hémodynamique altérée sous la forme ventriculaire.

Sur un ECG - une onde P modifiée, qui précède le complexe QRS, l’intervalle P-R est étendu, le complexe ST est sujet à des modifications secondaires. Avant une attaque, des extrasystoles ventriculaires ou supraventriculaires peuvent être consignées sur le cardiogramme, troubles de l'affaiblissement de l'impulsion.

Arythmies associées à une conduction auriculo-ventriculaire altérée

Le deuxième nom est le blocus. Au lieu d'origine part:

  • Blocus sino-auriculaire - les oreillettes ne reçoivent pas d’impulsions du nœud sino-auriculaire, ce qui est typique des lésions structurelles du cœur. Le traitement vise la maladie sous-jacente.
  • Le blocage intra-auriculaire survient au cours d'une maladie cardiaque, d'une inflammation du myocarde, d'une maladie coronarienne, ainsi que de l'intoxication de certains médicaments antiarythmiques.
  • Blocage auriculo-ventriculaire (AV) - retard de l'impulsion de l'oreillette dans le ventricule. Il se produit dans les processus inflammatoires et destructeurs du cœur, l'infarctus du myocarde. Augmentation de l'irritation n.vagus joue également un rôle dans l'apparition d'un blocage AV.
  • Blocage intraventriculaire - se produit dans le système de conduction cardiaque (troubles du faisceau de His, blocage de la jambe droite et gauche de l'article His). Ce type de blocus ne nécessite pas de traitement particulier.
  • Syndrome de Wolff-Parkinson-White ou sm de dépolarisation prématurée des ventricules. Développe en cas de voies supplémentaires. Affecte plus souvent les hommes que les femmes. Un syndrome de traitement séparé ne nécessite pas, dans certains cas, lorsqu'il est combiné à une tachycardie paroxystique, des β-bloquants des glycosides cardiaques sont prescrits.

À l’ECG, ces types d’arythmie sont caractérisés par une perte de contractions des ventricules et des oreillettes (complexe PQRS), la prédominance des ondes P, la déformation des complexes ventriculaires.

Fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire à la fréquence d'apparition se tient après extrasystolique. Elle se caractérise par le fait que l'excitation et la contraction ne se produisent que dans certains endroits des oreillettes, alors qu'en général il n'y a pas d'excitation générale. Ce phénomène empêche la transmission d'une impulsion électrique au noeud AV. Des vagues séparées atteignent les ventricules, provoquant leur excitation et leur contraction chaotique.

L'ECG se caractérise par deux changements caractéristiques: l'absence d'onde P (les oreillettes ne sont pas excitées, mais les ondes atriales) et un intervalle différent entre le complexe QRS.

Fibrillation ventriculaire

Ce type d'arythmie est une pathologie très grave qui accompagne les conditions terminales. Les causes de la fibrillation sont l’infarctus du myocarde, les décharges électriques, les intoxications médicamenteuses. Lorsque cette pathologie survient, le comptage continue pendant quelques minutes, il est nécessaire d'effectuer une défibrillation électrique d'urgence. Avec le développement de cette arythmie, une personne perd conscience, devient très pâle, le pouls disparaît dans les artères carotides, les pupilles se dilatent. Ceci se produit en raison de la cessation de la circulation sanguine efficace, c'est-à-dire signifie son arrêt.

L'ECG est affiché comme une onde d'amplitude unique, sur laquelle il est impossible de démonter les complexes et les dents, la fréquence du rythme est de 250 à 300 battements par minute. Il n'y a pas d'isoline claire.

Fibrillation auriculaire ECG: description et signes

Le diagnostic d'une maladie telle que la fibrillation auriculaire est impossible sans un ECG. La pathologie est caractérisée par une violation du rythme cardiaque, une contraction chaotique et une excitation des oreillettes, appelée fibrillation auriculaire des fibres musculaires. La procédure de diagnostic offre la possibilité de se familiariser avec l’ensemble du processus pathologique, grâce auquel le médecin peut établir le diagnostic correct. Sur la base des données obtenues, le cardiologue prescrit un traitement.

A quoi ressemble la fibrillation auriculaire sur un ECG

La fibrillation auriculaire est un trouble du rythme dans lequel une agitation et une contraction aléatoires de fibres musculaires auriculaires individuelles se produisent au cours d'un cycle cardiaque.

Les maladies cardiaques nécessitent des recherches approfondies. Parmi eux se trouve l'arythmie du coeur. La première mesure de diagnostic à laquelle le cardiologue réfère le patient est un ECG.

Sur l'électrocardiogramme, l'activité bioélectrique cardiaque se traduit par la forme de dents, d'intervalles et de coupes. Leurs longueur, largeur, distance entre les dents ont normalement certaines valeurs. La modification de ces paramètres permet au médecin de déterminer des anomalies dans le travail du muscle cardiaque.

Les modifications apportées à l'ECG permettent de déterminer si le patient souffre de fibrillation (scintillement) ou de flutter auriculaire. Le déchiffrement du résultat indiquera clairement ce qui inquiète le patient. Le flutter auriculaire est caractérisé par un rythme de contractions cardiaques accéléré, mais correct, tandis que, lors de la fibrillation, le rythme est perturbé, différents groupes de fibres musculaires dans les oreillettes sont réduits de façon incohérente. Étant donné que la fréquence cardiaque à ces violations atteint des nombres élevés (jusqu’à 200 coupes par minute), il est impossible de déterminer à l’oreille, à l’aide d’un phonendoscope, la forme de l’arythmie. Seul l'ECG fournit au médecin les informations nécessaires.

Premiers signes

L'électrocardiogramme présente des signes caractéristiques de la maladie. La fibrillation auriculaire sur un ECG ressemblera à ceci:

  1. Il n’ya pas d’onde P dans les dérivations électrocardiographiques (cette dent est un composant essentiel d’un ECG normal).
  2. La présence d'ondes f irrégulières tout au long du cycle cardiaque. Ils diffèrent en amplitude et en forme. Dans certaines dérivations, ces ondes sont mieux enregistrées. Ceux-ci incluent V1, V2, II, III. aVF. Ces ondes se produisent à la suite d'une fibrillation auriculaire.
  3. Irrégularité des complexes R-R ventriculaires (irrégularité, longueur différente des intervalles R-R). Elle pointe un rythme ventriculaire anormal;
  4. Les complexes QRS se distinguent par un aspect inchangé et l'absence de signes de déformation.

Sur l’ECG, une forme de fibrillation auriculaire de petite ou grande onde est isolée (en fonction de l’échelle des vagues f).

Symptômes à mesure que la maladie progresse

La douleur thoracique est l'un des symptômes possibles de la fibrillation auriculaire

Les symptômes cliniques de la fibrillation auriculaire deviennent plus prononcés à mesure que la maladie progresse. Ils peuvent différer de manière significative chez différents patients.

Les symptômes de fibrillation auriculaire apparaissant sur l'électrocardiogramme sont complétés par des symptômes palpables pour le patient lui-même. Nous parlons de telles conditions douloureuses:

  • transpiration abondante;
  • faiblesse
  • palpitations cardiaques;
  • douleurs à la poitrine.

Un patient atteint de fibrillation auriculaire chronique peut même ne pas deviner sa maladie si elle est caractérisée par une évolution asymptomatique. Dans ce cas, seul le résultat d'une étude électrocardiographique peut déterminer la présence d'une pathologie.

Les types de manifestations électrocardiographiques, c’est-à-dire les symptômes visibles sur l’ECG, correspondent aux signes cliniques de la maladie chez un patient. Grâce à ce spécialiste compétent, il est possible de comprendre avec précision ce qui dérange le patient et quel type d’aide il doit recevoir.

Recommandations du docteur

La procédure pour retirer l'électrocardiogramme n'est pas compliquée. Il suffit d'adhérer à la mise en œuvre par étapes du plan d'action auquel chaque spécialiste est familiarisé. Il expliquera en détail ce que le patient devrait faire au moment du diagnostic. La durée totale de la procédure ne dépasse pas en moyenne 10 minutes.

Des électrodes sont fixées sur le corps du patient. Le médecin ou le technicien de laboratoire modifie leur position pour obtenir différentes dérivations ECG.

Décodage ECG

Il est déconseillé de subir cette procédure après avoir mangé, bu de l'alcool, des boissons contenant de la caféine ou des cigarettes.

L'arythmie des contractions cardiaques ne peut être décelée que par un spécialiste compétent qui décrit l'ECG dans la fibrillation auriculaire. Le décodage des résultats obtenus est réservé au médecin. En cas d'urgence, la tâche peut être confiée à un feldsher, qui a dû à plusieurs reprises tirer et déchiffrer l'ECG.

Le patient peut également essayer de déchiffrer son cardiogramme. Pour ce faire, il doit étudier la littérature médicale afin d'évaluer l'emplacement et la hauteur des dents, ainsi que la taille des intervalles les séparant. Sans connaissances de base en ECG, une personne risque de commettre une grave erreur.

Autres méthodes de diagnostic

Dans les situations courantes, une «fibrillation auriculaire» est diagnostiquée sur la base de ses plaintes et des symptômes de la maladie identifiés lors du diagnostic initial. Une enquête sur le patient et le résultat du diagnostic électrocardiographique sont amplement suffisants s’il n’ya pas de complications graves de la maladie.

Si l'ECG ne fournit pas suffisamment d'informations sur l'état du patient, le cardiologue lui enverra des études supplémentaires:

  1. Échocardioscopie.
  2. Rayons X.
  3. Tests biochimiques sanguins et urinaires.
  4. Une étude transoesophagienne du système de conduction cardiaque.

Le diagnostic différentiel est une étape importante dans l’étude d’un patient atteint de fibrillation auriculaire: la maladie doit être distinguée des autres affections pathologiques susceptibles de présenter des symptômes similaires. Le diagnostic différentiel est réalisé avec les pathologies suivantes:

  • tachycardie sinusale;
  • flutter auriculaire;
  • tachycardie paroxystique supraventriculaire;
  • tachycardie ventriculaire paroxystique.

Les résultats de l’ECG permettent au cardiologue de distinguer la fibrillation auriculaire de la maladie cardiaque susmentionnée.

Fréquence ECG

Un examen régulier par un cardiologue vous permettra de détecter rapidement la présence d’irrégularités dans le travail du cœur.

Les patients peuvent être interrogés sur la fréquence de l'électrocardiographie afin de vérifier l'état du système cardiovasculaire. Cette option de diagnostic est absolument sans danger pour la santé humaine. Au cours de la procédure, des indicateurs de l'activité bioélectrique cardiaque sont simplement pris. Il n'y a pas d'effets négatifs sur le corps.

La fréquence de l'ECG dépend de plusieurs facteurs. Les médecins recommandent de contrôler toutes les personnes pour la prévention de la fibrillation auriculaire environ 1 fois par an. Si la profession d'une personne est liée à une charge de travail sérieuse, il devrait alors consulter un cardiologue une fois tous les six mois. Les personnes âgées doivent être contrôlées tous les 3 mois. Ils font partie du groupe à risque, de sorte qu'un test régulier du système cardiovasculaire est obligatoire pour eux.

Un examen de routine par un cardiologue et un retrait d’ECG permettent de détecter rapidement les anomalies du travail du cœur de la personne.

Si un patient a eu une fibrillation auriculaire, il devra alors répéter la procédure ECG à des intervalles qui seront indiqués par un cardiologue.

Arythmies cardiaques sur ecg

Fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire est particulièrement fréquente dans la pratique des ambulances. Selon ce concept, il est souvent associé cliniquement au flutter et à la fibrillation auriculaire (ou fibrillation auriculaire), c'est-à-dire à la fibrillation auriculaire elle-même. Leurs manifestations sont similaires. Les patients se plaignent de palpitations avec interruptions, "palpitations" dans la poitrine, parfois de douleurs, faiblesse, essoufflement. Le débit cardiaque diminue, la pression artérielle peut chuter, une insuffisance cardiaque se développe. Le pouls devient irrégulier, d'amplitude variable, parfois filamentaire. Les sons du cœur sont étouffés et non rythmés.

Signes de fibrillation auriculaire à l'ECG

Un symptôme caractéristique de la fibrillation auriculaire est un déficit du pouls, c’est-à-dire une fréquence cardiaque déterminée par auscultatoire, dépasse la fréquence du pouls. Cela est dû au fait que des groupes individuels de fibres musculaires dans les oreillettes se contractent au hasard et que les ventricules se contractent parfois en vain, sans disposer de suffisamment de temps pour se remplir de sang. Dans ce cas, l'onde de pouls ne peut pas être formée. Par conséquent, la fréquence cardiaque doit être évaluée par auscultation du cœur, et de préférence par ECG, mais pas par pouls.

Il n'y a pas d'onde P sur l'ECG (puisqu'il n'y a pas de systole auriculaire unifiée), mais des ondes F d'amplitude différente (Fig. 196, c) sur l'isoline, reflétant les contractions des fibres musculaires auriculaires individuelles. Parfois, ils peuvent fusionner avec le bruit ou être de faible amplitude et donc invisibles sur un ECG. La fréquence des ondes F peut atteindre 350 à 700 par minute.

Le flutter auriculaire est une augmentation significative des contractions auriculaires (jusqu'à 200–400 par minute) tout en maintenant le rythme auriculaire (Fig. 19a). Sur un ECG, les vagues F sont enregistrées.

Les contractions ventriculaires associées à la fibrillation et au flutter auriculaires peuvent être rythmiques ou irrégulières (ce qui est plus fréquent), avec une fréquence cardiaque normale, une brady ou une tachycardie. L'ECG typique de la fibrillation auriculaire est une isoline à faible ondulation (due aux ondes F), l'absence d'ondes P dans toutes les dérivations et différents intervalles R - R. Les complexes QRS ne sont pas modifiés. Ils partagent une constante, c’est-à-dire une existence ancienne et paroxystique, c’est-à-dire une forme qui se présente soudainement sous la forme d’attaques. Les patients s'habituent à la forme constante de fibrillation auriculaire, cessent de la ressentir et ne demandent de l'aide que lorsque leur fréquence cardiaque (ventricules) augmente de plus de 100 à 120 battements par minute. Ils doivent réduire le rythme cardiaque à une valeur normale, mais ne cherchent pas à rétablir le rythme sinusal, car il est difficile à réaliser et peut entraîner des complications (déchirure des caillots sanguins). La forme paroxystique de fibrillation auriculaire et de flutter est souhaitable pour traduire en rythme sinusal, la fréquence cardiaque doit également être réduite à la normale.

Le traitement et la tactique pour les patients au stade préhospitalier sont presque les mêmes que pour les tachycardies paroxystiques supraventriculaires (voir ci-dessus).

Guide de cardiologie en quatre volumes

Chapitre 5. Analyse par électrocardiogramme

I. Définition de la fréquence cardiaque. Pour déterminer la fréquence cardiaque, multipliez par 20 le nombre de cycles cardiaques (intervalles RR) en 3 secondes.

Ii. Analyse rythmique

A. HR 0,12 s). HR 60 ± 110 min –1. Dents P: absentes, rétrogrades (après le complexe QRS) ou non associées aux complexes QRS (AV-dissociation). Causes: ischémie myocardique, état après restauration de la perfusion coronaire, intoxication glycosidique, parfois ?? chez les personnes en bonne santé. Avec un rythme idioventriculaire lent, les complexes QRS se ressemblent, mais la fréquence cardiaque est de 30 ± 40 min -1. Traitement ?? voir ch. 6, page V.D.

B. HR> 100 min –1. certains types d'arythmie ?? voir aussi fig. 5.2.

1. Tachycardie sinusale. Le bon rythme. Dents des sinus P de configuration habituelle (leur amplitude est augmentée). HR 100 ?? 180 min –1. chez les jeunes visages ?? jusqu'à 200 min –1. Début et fin progressifs. Causes: réponse physiologique au stress, y compris émotionnel, douleur, fièvre, hypovolémie, hypotension, anémie, thyrotoxicose, ischémie du myocarde, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque, myocardite, PEH. phéochromocytome, fistules artério-veineuses, action de médicaments et autres médicaments (caféine, alcool, nicotine, catécholamines, hydralazine. hormones thyroïdiennes, atropine. aminophylline). La tachycardie n'est pas éliminée par le massage des sinus carotidiens. Traitement ?? voir ch. 6, page III.A.

2. Fibrillation auriculaire. Le rythme "faux faux." Manque de dents P, oscillations aléatoires grandes ou petites ondes de l'isoligne. La fréquence des ondes atriales 350 - 600 min –1. En l'absence de traitement, la fréquence des contractions ventriculaires ?? 100 ?? 180 min –1. Causes: défauts mitraux, infarctus du myocarde, thyrotoxicose, embolie pulmonaire. état postopératoire, hypoxie, BPCO. défaut septal auriculaire, syndrome de WPW. syndrome de sinus malade, l'utilisation de fortes doses d'alcool, peut également être observée chez les individus en bonne santé. Si, en l’absence de traitement, la fréquence des contractions ventriculaires est faible, on peut penser à une perte de conductivité. En cas d’intoxication glycosidique (rythme accéléré du nœud AV et blocage complet de l’AV) ou contre l’arrière-plan d’une fréquence cardiaque très élevée (par exemple, syndrome WPW), la fréquence ventriculaire peut être correcte. Traitement ?? voir ch. 6, page IV.B.

3. Flutter auriculaire. Rythme correct ou anormal avec ondes auriculaires en dents de scie (f), très distinctes en dérivations II, III, aVF ou V1. Le rythme est souvent correct avec une conduite AV comprise entre 2: 1 et 4: 1, mais il peut être faux si la conduite AV change. La fréquence des ondes atriales est de 250 350 350 min –1 avec les tremblements de type I et de 350 450 450 min –1 avec les tremblements de type II. Causes: voir ch. 6, page IV. Avec un AV de 1: 1, la fréquence ventriculaire peut atteindre 300 min –1. dans le même temps en raison de la réalisation aberrante de l'extension du complexe QRS est possible. L'ECG ressemble à celui de la tachycardie ventriculaire; Ceci est particulièrement observé lors de l’utilisation d’antiarythmiques de classe Ia sans administration simultanée de bloqueurs d’AV, ainsi que du syndrome de WPW. Le scintillement atrial avec des ondes atriales chaotiques de formes différentes est possible avec le scintillement d'un atrium et le clignotement d'un autre. Traitement ?? voir ch. 6, page III.G.

4. Tachycardie réciproque du site AV paroxystique. Tachycardie supraventriculaire avec complexes QRS étroits. HR 150 ?? 220 min –1. généralement 180 ?? 200 min –1. L'onde P se propage généralement sur le complexe QRS ou la suit immédiatement (RP 100 min – 1. Dents P non sineuses de trois configurations différentes ou plus. Intervalles PP, PQ et RR différents. Causes: chez les personnes âgées atteintes de MPOC dans le cœur pulmonaire, traitées à l'aminophylline. hypoxie, insuffisance cardiaque, après opération, avec sepsie, œdème pulmonaire, diabète sucré.Fusiblement diagnostiqué à tort comme une fibrillation auriculaire.Peut se transformer en fibrillation / flutter auriculaire.Traitement voir Chapitre 6, Section III.G.

11. Tachycardie auriculaire paroxystique avec blocage AV. Mauvais rythme avec la fréquence des ondes auriculaires 150 ?? 250 min -1 et des complexes ventriculaires 100 ?? 180 min -1. Dents autres que des sinus P. Causes: intoxication glycosidique (75%), maladie cardiaque organique (25%). Sur l'ECG. en règle générale ?? tachycardie auriculaire avec bloc AV de grade 2 (généralement de type Mobitz I). Le massage du sinus carotidien ralentit la conduction AV, mais n'élimine pas l'arythmie.

12. Tachycardie ventriculaire. D'habitude ?? rythme correct avec une fréquence de 110 ?? 250 min –1. Complexe QRS> 0,12 s, habituellement> 0,14 s. Le segment ST et l'onde T sont discordants du complexe QRS. Causes: lésions organiques du cœur, hypokaliémie, hyperkaliémie, hypoxie, acidose, médicaments et autres moyens (intoxication aux glycosides, médicaments antiarythmiques, phénothiazines, antidépresseurs tricycliques, caféine, alcool, nicotine), prolapsus de la valve mitrale, dans de rares cas ?? chez des individus en bonne santé. Une dissociation AV (réductions indépendantes des oreillettes et des ventricules) peut être notée. L'axe électrique du coeur est souvent rejeté à gauche et les complexes de drainage sont enregistrés. Il peut être instable (3 complexes QRS ou plus, mais le paroxysme dure moins de 30 s) ou stable (> 30 s), monomorphe ou polymorphe. Une tachycardie ventriculaire bidirectionnelle (avec la direction opposée des complexes QRS) est observée principalement pendant une intoxication glycosidique. La tachycardie ventriculaire avec des complexes QRS étroits est décrite (0,14 s.

G. Caractéristiques du complexe QRS dans les pistes V1 et V6 (voir fig. 5.3).

B. Coupes ectopiques et de remplacement

1. Extrasystoles auriculaires. Une onde P extraordinaire hors sinus, suivie d'un complexe QRS normal ou aberrant. Intervalle PQ ?? 0,12 à 0,20 s. L'intervalle PQ d'une extrasystole précoce peut dépasser 0,20 s. Causes: chez les individus en bonne santé, avec fatigue, stress, chez les fumeurs, sous l'action de la caféine et de l'alcool, avec lésions organiques du cœur, cœur pulmonaire. La pause compensatoire est généralement incomplète (l'intervalle entre l'onde P pré et post-extrasystolique est inférieur au double de l'intervalle PP normal). Traitement ?? voir ch. 6, page III.B.

2. Extrasystoles auriculaires bloquées. Une onde P extraordinaire non sinusale, qui n'est pas suivie d'un complexe QRS. À travers le noeud AV, qui est dans la période de réfractarité, l’extrasystole auriculaire n’est pas réalisée. L’onde P extrasystolique chevauche parfois l’onde T et il est difficile de la reconnaître; dans ces cas, l'extrasystole auriculaire bloquée est confondue avec un blocage sino-auriculaire ou un arrêt du noeud sinusal.

3. Extrasystoles du site AV. Un complexe QRS extraordinaire avec une onde P rétrograde (négative dans les dérivations II, III, aVF), qui peut être enregistré avant ou après le complexe QRS ou superposé à celui-ci. La forme du complexe QRS est ordinaire; avec une conduction aberrante, il peut ressembler à une extrasystole ventriculaire. Causes: il existe chez les individus en bonne santé et avec des lésions organiques du coeur. Source de battements? Noeud AV Une pause compensatoire peut être complète ou incomplète. Traitement ?? voir ch. 6, page V.A.

4. Extrasystoles ventriculaires. Complexe QRS extraordinaire, large (> 0,12 s) et déformé. Le segment ST et l'onde T sont discordants du complexe QRS. Causes: voir ch. 5, page II.B. L'onde P peut ne pas être associée à des extrasystoles (dissociation AV) ou être négative et suivre le complexe QRS (onde P rétrograde). La pause compensatoire est généralement complète (l'intervalle entre l'onde P pré et post-extrasystolique est égal à deux fois l'intervalle PP normal). Traitement ?? voir ch. 6, page V.V.

5. Abréviations de noeuds AV de substitution. Ils rappellent les extrasystoles de noeuds AV, toutefois, l’intervalle entre les complexes de remplacement n’est pas raccourci, mais étendu (correspond à HR 35 ± 60 min –1). Causes: il existe chez les individus en bonne santé et avec des lésions organiques du coeur. La source de l'impulsion de remplacement ?? Stimulateur cardiaque latent dans le noeud AV. Il est souvent observé lorsque le rythme sinusal ralentit en raison d'une augmentation du tonus parasympathique, de médicaments (par exemple, de glycosides cardiaques) et d'un dysfonctionnement du nœud sinusal.

6. Contractions de substitution idioventriculaires. Ils ressemblent à des extrasystoles ventriculaires, toutefois, l’intervalle entre les contractions de remplacement n’est pas raccourci, mais étendu (correspond à une HR 20 ± 50 min –1). Causes: il existe chez les individus en bonne santé et avec des lésions organiques du coeur. L'impulsion de remplacement provient des ventricules. Des contractions idioventriculaires de substitution sont généralement observées lorsque les rythmes des sinus et des noeuds AV ralentissent.

G. Violations du

1. Blocus sino-auriculaire. L'intervalle prolongé PP est un multiple de la normale. Causes: certains médicaments (glycosides cardiaques, quinidine. Procaïnamide), hyperkaliémie, dysfonctionnement des ganglions sinusaux, infarctus du myocarde, augmentation du tonus parasympathique. Parfois, on note la période de Wenckebach (raccourcissement progressif de l’intervalle PP jusqu’à la perte du cycle suivant).

2. Blocus AV 1 degré. Intervalle PQ> 0,20 s. Chaque onde P correspond à un complexe QRS. Causes: observées chez des individus en bonne santé, des athlètes, avec une augmentation du tonus parasympathique, la prise de certains médicaments (glycosides cardiaques, quinidine, procaïnamide, propranolol, vérapamil), une attaque rhumatismale, une myocardite, des malformations cardiaques congénitales (septicémie auriculaire, canal artériel ouvert). Aux complexes QRS étroits, le niveau de blocage le plus probable? Noeud AV Si les complexes QRS sont larges, une violation de la conduction est possible à la fois dans le noeud AV et dans le paquet de His. Traitement ?? voir ch. 6, paragraphe VIII.A.

3. Blocus AV du deuxième degré du type Mobitz I (avec périodiques Wenckebach). L'allongement croissant d'un intervalle de PQ jusqu'à la perte du complexe QRS. Causes: observées chez des individus en bonne santé, des athlètes, lors de la prise de certains médicaments (glycosides cardiaques, bêtabloquants, antagonistes du calcium, clonidine, méthyldophies, flécaïnide, encaïnide, propafénone, lithium), avec infarctus du myocarde (particulièrement plus bas), attaque rhumatismale, myocardite. Aux complexes QRS étroits, le niveau de blocage le plus probable? Noeud AV Si les complexes QRS sont larges, une violation de l'impulsion est possible à la fois dans le noeud AV et dans le faisceau de His. Traitement ?? voir ch. 6, paragraphe VIII.B.

4. Blocage AV à 2 degrés de type Mobitz II. Perte périodique de complexes QRS. Les intervalles de QP sont les mêmes. Causes: se produit presque toujours sur le fond des dommages organiques de coeur. Le retard du pouls se produit dans le faisceau de His. Le blocage AV 2: 1 peut être à la fois du type Mobitz I et Mobitz II: sont des complexes QRS étroits plus caractéristiques du blocage AV du type Mobitz I, large ?? pour le blocage AV de type Mobitts II. Avec un degré élevé de blocage AV, deux ou plusieurs complexes ventriculaires consécutifs se détachent. Traitement ?? voir ch. 6, page Viii, B.2.

5. Terminez le blocus AV. Les oreillettes et les ventricules sont excités indépendamment les uns des autres. La fréquence des contractions auriculaires dépasse la fréquence des contractions ventriculaires. Les mêmes intervalles PP et les mêmes intervalles RR, les intervalles PQ varient. Causes: le bloc AV complet est congénital. Se conformer à l'ensemble de la formation AV qui est conforme à la règle de transmission de l'infrarouge, la maladie de Conduction Cardiaque (maladie de Lenister) ), maladies du collagène, lésions, attaque rhumatismale. Le blocage des impulsions est possible au niveau d'un nœud AV (par exemple, pour un bloc AV congénital complet avec des complexes QRS étroits), d'un faisceau de His ou de fibres distales du système de His de Purkinje. Traitement ?? voir ch. 6, paragraphe VIII.B.

Iii. Définition de l'axe électrique du coeur. La direction de l'axe électrique du coeur correspond approximativement à la direction du plus grand vecteur de dépolarisation ventriculaire totale. Pour déterminer la direction de l'axe électrique du cœur, il est nécessaire de calculer la somme algébrique des dents de l'amplitude du complexe QRS dans les dérivations I, II et aVF (soustraire l'amplitude de la partie négative du complexe de l'amplitude de la partie positive du complexe), puis suivre le tableau. 5.1.

A. Causes de déviation de l'axe électrique du coeur à droite: MPOC. cœur pulmonaire, hypertrophie ventriculaire droite, blocage du faisceau droit de son infarctus du myocarde latéral, bloc de la branche postérieure de la jambe gauche du faisceau de son, œdème pulmonaire, dextrocardie, syndrome de WPW. Cela se passe dans la norme. Un schéma similaire est observé lorsque les électrodes sont mal appliquées.

B. Causes de déviation de l'axe électrique du coeur vers la gauche: blocage de la branche antérieure du pied de branche gauche, infarctus du myocarde inférieur, blocage de la jambe gauche de la branche de faisceau, hypertrophie ventriculaire gauche, défaut auriculaire d'ostium primum, BPCO. hyperkaliémie. Cela se passe dans la norme.

V. Causes d 'une déviation nette de l' axe électrique du cœur à droite: blocage de la branche antérieure du faisceau gauche de Son faisceau contre le fond de l 'hypertrophie ventriculaire droite, blocage de la branche antérieure du faisceau gauche de His avec infarctus du myocarde latéral, hypertrophie ventriculaire droite, COPD.

Iv. Analyse des dents et des intervalles. Intervalle ECG ?? l'écart entre le début d'une dent et le début d'une autre dent. Segment ECG ?? l'écart entre l'extrémité d'une dent et le début de la dent suivante. À une vitesse d'enregistrement de 25 mm / s, chaque petite cellule d'une bande de papier correspond à 0,04 s.

A. ECG normal à 12 dérivations

1. La dent P. positive dans les dérivations I, II, aVF, négative dans les aVR, peut être négative ou biphasée dans les dérivations III, aVL, V1. V2.

2. intervalle PQ. 0,12 à 0,20 s.

3. Le complexe QRS. Largeur ?? 0,06 ± 0,10 s. Une petite onde Q (2,5 mm de large (P pulmonale). La spécificité n’est que de 50%. Dans 1/3 des cas, elle est due à une augmentation de l’oreillette gauche. Elle est notée dans la MPOC. Cardiopathie congénitale, insuffisance cardiaque congestive, IHD.

2. P négatif dans I lead

un Dextrocardia. Les dents négatives de P et T, le complexe QRS inversé dans l'affectation I sans augmentation d'amplitude d'une dent de R dans les affectations thoraciques. La dextrocardie peut être l’une des manifestations du situs inversus (arrangement inverse des organes internes) ou isolée. La dextrocardie isolée est souvent associée à d'autres anomalies congénitales, notamment une transposition corrigée des artères principales, une sténose de l'artère pulmonaire, des anomalies du septum interventriculaire et interaural.

b. Électrodes mal appliquées. Si l'électrode destinée à la main gauche est superposée sur la droite, des dents P et T négatives sont alors enregistrées, un complexe QRS inversé avec un emplacement normal de la zone de transition dans les dérivations thoraciques.

3. P négatif profond dans le plomb V1 : augmentation de l'oreillette gauche. P mitrale: en tête V1 la partie terminale (genou ascendant) de l'onde P est étendue (> 0,04 s), son amplitude est> 1 mm, l'onde P est étendue dans la deuxième avance (> 0,12 s). Il est observé dans les anomalies mitrales et aortiques, l’insuffisance cardiaque, l’infarctus du myocarde. La spécificité de ces signes ?? au-dessus de 90%.

4. Onde P négative en II: avance: rythme auriculaire ectopique. L'intervalle PQ est généralement supérieur à 0,12 s, tandis que l'onde P est négative en dérivations II, III et aVF. Voir ch. 5, page II.A.3.

1. Allongement de l'intervalle PQ: blocage AV de 1 degré. Les intervalles PQ sont les mêmes et dépassent 0,20 s (voir Chapitre 5, p. II.G.2). Si la durée de l'intervalle PQ varie, le blocage AV du 2e degré est possible (voir Chapitre 5, p. II.G.3).

2. Réduire l'intervalle PQ

un Raccourcissement fonctionnel de l'intervalle PQ. PQ + 90 °). Onde R basse et S profonde dans les dérivations I et aVL. Une petite onde Q peut être enregistrée dans les dérivations II, III et aVF. Il est noté dans CHD. de temps en temps ?? chez les personnes en bonne santé. Cela se produit rarement. Il est nécessaire d'exclure les autres causes de déviation de l'axe électrique du cœur à droite: l'hypertrophie ventriculaire droite, la MPOC. cœur pulmonaire, infarctus du myocarde latéral, position verticale du cœur. Une confiance totale dans le diagnostic ne donne qu’une comparaison avec l’ECG précédent. Le traitement ne nécessite pas.

dans Blocus incomplet du paquet gauche de His. Serrage rote ou onde R tardive (R ’) en avance V5. V6. Broche large S en laisse V1. V2. Absence de dent Q dans les affectations I, aVL, V5. V6.

Blocus incomplet du bon paquet de siens. Onde R tardive (R ’) en avance V1. V2. Broche large S en laisse V5. V6.

un Blocus de la jambe droite du paquet. Onde R tardive en avance V1. V2 avec un segment ST spongieux et une onde négative T. Onde S profonde dans les dérivations I, V5. V6. Observé avec des lésions organiques du cœur: cœur pulmonaire, maladie de Lenegre, cardiopathie ischémique. de temps en temps ?? en norme Blocus déguisé de la jambe droite du faisceau de His: la forme du complexe QRS en plomb V1 correspond au blocus du paquet droit de His, cependant, dans les fils I, aVL ou V5. V6 Le complexe RSR est enregistré. Ceci est généralement causé par un blocage de la branche antérieure de la jambe gauche du faisceau de His, une hypertrophie du ventricule gauche, un infarctus du myocarde. Traitement ?? voir ch. 6, paragraphe VIII.E.

b. Blocus de la jambe gauche du ballot. Large onde R irrégulière dans les dérivations I, V5. V6. Dent profonde S ou QS en avance V1. V2. Absence de dent Q dans les affectations I, V5. V6. Il est observé dans l'hypertrophie ventriculaire gauche, l'infarctus du myocarde, la maladie de Lenegra, la maladie coronarienne. parfois ?? en norme Traitement ?? voir ch. 6, paragraphe VIII.D.

dans Blocus de la jambe droite du paquet de sien et de l’une des branches de la jambe gauche du paquet de sien. La combinaison d’un blocus à deux faisceaux et d’un blocus AV de 1 degré ne doit pas être considérée comme un blocus à trois faisceaux: le prolongement de l’intervalle PQ peut être dû au ralentissement de la branche AV, et non au blocus de la troisième branche du cluster His. Traitement ?? voir ch. 6, p. Viii.zh.

Perturbation de la conduction intraventriculaire. Expansion du complexe QRS (> 0,12 s) en l’absence de signes de blocus de la jambe droite ou gauche du paquet de His. Il se caractérise par des lésions organiques du cœur, une hyperkaliémie, une hypertrophie ventriculaire gauche, la prise de médicaments antiarythmiques de classes Ia et Ic, avec syndrome de WPW. Le traitement ne nécessite généralement pas.

D. Amplitude du complexe QRS

1. Faible amplitude des dents. L'amplitude du complexe QRS est de 28 mm pour les hommes et de> 20 mm pour les femmes (sensibilité de 42%, spécificité de 96%).

2) Critères Estes

ECG avec arythmie sinusale. Rythmes de glissement auriculaire

L'arythmie sinusale est exprimée en variations périodiques des intervalles R - R de plus de 0,10 s. et dépend le plus souvent des phases de la respiration. Une indication électrocardiographique significative d'arythmie sinusale est un changement progressif de la durée de l'intervalle R - R: dans le même temps, le plus long va rarement au-delà du plus court intervalle.

Comme pour la tachycardie et la bradycardie sinusales, la diminution et l'augmentation de l'intervalle R - R sont principalement dues à l'intervalle T - R. Les intervalles P - Q et Q - T varient légèrement.

L’ECG d’une femme en bonne santé a 30 ans. La durée de l'intervalle R - R est comprise entre 0,75 et 1,20 seconde. La fréquence moyenne du rythme (0,75 + 1,20 seconde / 2 = 0,975 seconde) est d'environ 60 secondes en 1 minute. L'intervalle P - Q = 0,15 - 0,16 seconde. Q - T = 0,38 - 0,40 sec. PI, II, III, V6 est positif. Complexe